contrepartie

contrepartie

contrepartie [ kɔ̃trəparti ] n. f.
• 1262 « adversaire »; de contre- et partie
1(1723) Double d'un registre sur lequel toutes les parties d'un compte sont inscrites. Écritures qui servent de vérification.
2Sentiment, avis contraire. Soutenir la contrepartie d'une opinion : prendre le contre-pied.
3(1791) Chose qui s'oppose à une autre en la complétant ou en l'équilibrant. compensation. « Le défaut avait pour contrepartie une qualité précieuse » (Proust). En contrepartie (cf. Par contre, en échange, en revanche). Obtenir une contrepartie financière, de l'argent en contrepartie. Accorder qqch. sans contrepartie.
Bourse Opération par laquelle un intermédiaire en Bourse (le contrepartiste) agit pour son propre compte en se portant acquéreur ou vendeur de titres correspondant à un ordre de vente ou d'achat de l'un de ses clients. « Jouant sur les deux tableaux, faisant ce qu'on appelle en termes de coulisse de la contrepartie » (Proust).

contrepartie nom féminin Ce qui sert à compenser, à équilibrer quelque chose ; ce que l'on fournit en échange de quelque chose ; compensation : Vous aurez la contrepartie financière de la perte de temps subie. Opinion contraire ; contre-pied : L'article suivant offre la contrepartie de cet éditorial. Bourse Opération de celui qui se porte vendeur ou acheteur en face de son propre client, au lieu d'en exécuter les ordres comme simple intermédiaire. Comptabilité Chacun des deux comptes où est inscrite toute opération selon la méthode de comptabilité à parties doubles. Imprimerie Élément en relief obtenu à partir d'une matrice gravée en creux, pressée au contact d'une matière plastique durcissable. Mobilier et décoration En marqueterie, partie restante des feuilles de placage lorsqu'on a découpé le dessin principal. (La contrepartie peut être utilisée pour un nouveau placage.) ● contrepartie (expressions) nom féminin En contrepartie, en échange, en compensation, par contre. Contreparties de la masse monétaire, éléments (or et devises, créances sur le Trésor public, crédits à l'économie et aux particuliers) qui, à l'actif de la banque d'émission, figurent en regard de la masse monétaire, inscrite au passif. ● contrepartie (synonymes) nom féminin Opinion contraire ; contre-pied
Synonymes :
- antithèse
- contre-épreuve
- opposé

contrepartie
n. f.
d1./d Partie qui correspond à une autre (dans un échange, une opération commerciale). Inventeur qui cherche une contrepartie financière pour l'exploitation d'un brevet.
|| Loc. adv. En contrepartie: en échange, en compensation.
d2./d Opinion, sentiment contraire. Prendre la contrepartie de ce qu'on dit, le contre-pied.
d3./d FIN Valeur équivalente (or, devises, etc.) des billets mis en circulation par une banque.

⇒CONTREPARTIE, subst. fém.
I.— Lang. jur. Partie adverse :
1. Nous ne croyons pas que le roi fût vendu à la contrepartie; il avait son avis à lui, sa prévention ancienne, arrêtée, datant des jours même de sa jeunesse, et il n'avait qu'à se souvenir de sa politique habituelle pour revenir à des idées répressives.
SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 520.
2. Et, en face de lui [Mazeaud], ses contre-parties, Jacoby mugissant, Delarocque apoplectique, malgré leur effort d'indifférence, laissaient percer plus d'inquiétude; car ils le voyaient désormais en grand danger, et les payerait-il, s'il sautait?
ZOLA, L'Argent, 1891, p. 352.
Rem. Le sens commercial signalé par la tradition lexicographique semble dérivé de cette valeur. ,,En terme de Bourse, opération de celui qui se porte vendeur ou acheteur contre son propre client, au lieu d'exécuter ses ordres comme intermédiaire`` (Lar. Lang. fr., avec une citation de Proust).
II.— Usuel
A.— 1. Ce qui, dans un arrangement, un accord, est donné en échange d'autre chose :
3. — Tu sais qu'il y a beaucoup de monts-de-piété en Espagne? Cet après-midi le gouvernement a donné l'ordre de les ouvrir et de rendre tous les gages, sans contrepartie.
MALRAUX, L'Espoir, 1937, p. 474.
2. P. ext. Effet second, conséquence négative d'un premier fait :
4. Il est vrai que cette spontanéité a souvent pour contrepartie une certaine exubérance de la conscience et du corps qui trouble l'action intentionnelle plus qu'elle ne la sert.
RICŒUR, Philos. de la volonté, 1949, p. 274.
B.— Ce qui fait équilibre à une première chose, ce qui contrebalance.
1. [Dans le domaine de la création littéraire ou musicale] Partie, personnage antithétique :
5. Le rôle de Cléante était une indispensable contrepartie de celui de Tartuffe, un contre-poids.
SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 222.
6. Si j'éprouve dans Bach, non seulement la musique, mais la musique comme un microcosme, un fragment du monde, une sphère intérieure et aussi bien extérieure à l'homme, c'est parce que la construction de Bach assume tant de contradictions et de contre-parties, des tensions internes si flagrantes en même temps qu'une telle sérénité dans la lutte...
P. SCHAEFFER, À la recherche d'une mus. concr., 1952, p. 165.
2. Réplique, riposte :
7. L'année suivante, la visite d'une escadre française à Cronstadt préparait l'alliance franco-russe, contrepartie de la Triplice.
BAINVILLE, Hist. de Fr., t. 2, 1924, p. 244.
Prononc. et Orth. :[]. Écrit avec un trait d'union ds Ac. 1762-1878; cf. aussi ds LAND. 1834, GATTEL 1841, NOD. 1844, BESCH. 1845, LITTRÉ et DG. Écrit en 1 seul mot ds Ac. 1718, 1740 et 1932; cf. aussi ds ROB., Pt ROB., Pt Lar. 1968, ROB. Suppl. 1970 et Lar. Lang. fr. Cf. contre-. Étymol. et Hist. A. 1. 1262 « double d'un document » (Texte ds FINOT, Relations commerciales entre la France et la Flandre au moyen âge, 348 d'apr. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 8, p. 492); 1723 plus spéc. (SAVARY DES BRUSLONS, Dict. universel de commerce : Contre-partie. Se dit en terme de Banque, du Registre que tient le Controlleur, sur lequel il couche, et enregistre les parties, dont le teneur de livres charge le sien); 2. 1813 au fig. « copie, équivalent » (JOUY, Hermite, t. 3, p. 330). B. 1. 1470 « parti adverse » (WAVRIN, Anch. Cron. d'Englet., II, 206 ds GDF. Compl.); 1790 plus spéc. pol. « opinion opposée » (Moniteur, 13 avril ds Th. RANFT, Der der französischen Revolution, Darmstadt, 1908, p. 48); 2. 1690 mus. (FUR.); 3. début XVIIIe s. « pendant, autre côté, envers » (SAINT-SIMON, Mémoires, éd. A. de Boislisle, XVII, 125, ds IGLF : Comme tous les hommes, il avoit sa contre-partie). Composé de contre- et de partie. Fréq. abs. littér. :195.

contrepartie [kɔ̃tʀəpaʀti] n. f.
ÉTYM. 1262, « adversaire »; de contre-, et partie.
1 (1723). Double d'un registre sur lequel toutes les parties d'un compte sont inscrites.Écritures qui servent de vérification.
2 Sentiment, avis contraire. Contraire, inverse, opposé. || Soutenir la contrepartie d'une opinion, en prendre le contre-pied.
3 (1791). Chose qui s'oppose à une autre en la complétant ou en l'équilibrant. Compensation, contrepoids, pendant. || En contrepartie. Contre (par), échange (en), revanche (en). || Vous aurez quelques avantages en contrepartie. || Sans contrepartie.
1 (…) le défaut avait pour contrepartie une qualité précieuse.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. XI, p. 79.
2 S'il est vrai que la critique soit la contrepartie des arts et comme leur conscience, il faut avouer que les lettres de nos jours n'ont pas bonne conscience.
J. Paulhan, les Fleurs de Tarbes, p. 19.
Spécialt. a (1675, cit. 3). Mus. Partie d'un morceau qui s'oppose à une autre. || Jouer, chanter la contrepartie.
3 (…) je songe que vous aimez cet air et que vous me prierez quelque jour de le chanter avec M. de Grignan. Qu'il apprenne la contrepartie : c'est un air divin.
Mme de Sévigné, Lettre à Mme de Grignan, 12 juil., I, p. 763, in D. D. L., II, 14.
b (1829). Jeu. Revanche.
4 (1907). Bourse. Opération de celui qui se porte vendeur ou acheteur contre son client (au lieu d'exécuter ses ordres). Contrepartiste.
4 De cette façon, jouant sur les deux tableaux, faisant ce qu'on appelle en termes de coulisse de la contrepartie, il ne laissait jamais courir aucun risque à son influence (…)
Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, Pl., t. I, p. 940.
DÉR. Contrepartiste.

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • Contrepartie — (fr., spr. Kongtrpartih), 1) so v. w. Contrabuch; 2) die Einschreibung aller Folien u. Posten des Buchhalters in den Contrabüchern des Controleführers; 3) (Mus.), Gegenstimme …   Pierer's Universal-Lexikon

  • contrepartie — nf., double ; écriture servant de justification : doblyo nm. (Albanais 001). A1) opinion contraire : kontréro nm. (001). B1) ladv., en contrepartie, en compensation, en échange : ê rtò <en retour> (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • CONTREPARTIE — n. f. T. de Musique Celle des deux parties d’un morceau qui forme une opposition à l’autre. Il signifie aussi figurément Opinion qui s’oppose à une autre et la complète …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Contrepartie optique — En astronomie, on parle de contrepartie optique lorsqu un objet a été découvert premièrement dans le domaine des rayons X, rayons gamma, ou dans le domaine radio. Le terme est particulièrement utilisé dans le domaine des sursauts de rayons gamma… …   Wikipédia en Français

  • Risque de contrepartie — Risque de crédit Le risque de crédit est le risque que l emprunteur ne rembourse pas sa dette à l échéance fixée. S il était à l origine une préoccupation pour les seuls organismes bancaires, il concerne pourtant toutes les entreprises (notamment …   Wikipédia en Français

  • En contrepartie — ● En contrepartie en échange, en compensation, par contre …   Encyclopédie Universelle

  • contrepartiste — contrepartie [ kɔ̃trəparti ] n. f. • 1262 « adversaire »; de contre et partie 1 ♦ (1723) Double d un registre sur lequel toutes les parties d un compte sont inscrites. Écritures qui servent de vérification. 2 ♦ Sentiment, avis contraire. Soutenir …   Encyclopédie Universelle

  • Clause De Non-concurrence — Une clause de non concurrence peut être insérée dans un contrat de travail afin d éviter, à la fin de la relation contractuelle, que le salarié ne concurrence son ancien employeur. Elle peut se révéler utile par exemple pour l employeur soucieux… …   Wikipédia en Français

  • Clause de non-concurrence — Une clause de non concurrence peut être insérée dans un contrat de travail afin d éviter, à la fin de la relation contractuelle, que le salarié ne concurrence son ancien employeur. Elle peut se révéler utile par exemple pour l employeur soucieux… …   Wikipédia en Français

  • Clause de non concurrence — Une clause de non concurrence peut être insérée dans un contrat de travail afin d éviter, à la fin de la relation contractuelle, que le salarié ne concurrence son ancien employeur. Elle peut se révéler utile par exemple pour l employeur soucieux… …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»